température NA°C - humidité relative NA % - pression barométrique NA hPa - vent NA km/h - rafale NA km/h - pluviométrie NA mm

Accueil

Lexique météo Température Pression - Humidité Pluviométrie Vent - Rafale Soleil Nuages Isobares Cycle solaire Ephéméride - Smartphone Aujourd'hui en France Prévisions - Radar Orages et foudre Statistiques Graphiques dynamiques Le Temps Autrement Info station Livre d'Or Remerciements


Il y a du nouveau!

Dans la rubrique "Le Temps Autrement"
Une petite fantaisie!

Dans la rubrique "Prévisions - Radar"
Une page sur la qualité de l'air en Occitanie.

Une nouvelle rubrique
"Faire un don".

Dans la rubrique
"Température"

Un nouveau graphique des températures mini/maxi des derniers 7 jours.

Dans la rubrique
"Pluviométrie"

De nouvelles jauges pluviométriques.

Dans la rubrique
"Orages et foudre"

Un suivi en temps réel des orages et des impacts de foudre.

Dans la rubrique "Prévisions - Radar"
De nouvelles prévisions apparaissent.
Des Prévisions SpotWx.
Des Prévisions Windytv.
Une nouvelle page de Vigilance Crues.


Dans la rubrique "Nuages"
Des explications détaillées sur la notion de "base des nuages".

Visiteurs depuis le 17.05.2016



 

Lexique succint des termes météo employés sur ce site

La pression atmosphérique.

La pression atmosphérique est la pression qu'exerce le mélange gazeux constituant l'atmosphère sur la terre. Elle fut longtemps mesurée en millimètres de mercure (abréviation : mm Hg ). Aujourd'hui, elle est exprimée en hectopascal (abréviation : hPa). Elle varie en fonction de l'altitude. La pression atmosphérique normale au niveau de la mer est de 1013,25 hPa. Elle correspond à la pression qu'exercerait un objet de 10 tonnes couvrant une surface exacte d'1 mètre² au niveau de la mer. C'est aussi la limite entre dépression et anticyclone. En dessous, on est dans un système dépressionnaire, au dessus, on est dans un système anticyclonique. Par souci de simplification pour le grand public, on considère que cette limite se situe à 1015 hPa. La pression atmosphérique peut être exprimée de 2 façons.

La pression atmosphérique absolue.

C'est la pression réelle mesurée à l'endroit où se trouve la station. Elle dépend donc de l'altitude d'installation de la station.
Mais pour pouvoir être comparée en divers points du territoire, cette pression est ramenée au niveau de la mer. C'est:

La pression atmosphérique relative.

La pression atmosphérique relative diminue de 1 hPa tous les 8,3 mètres. Communément, pour la trouver, il faut appliquer un calcul à la pression absolue.
Pression relative = Pression absolue (hPa) + (Altitude (m) / 8,3).
C'est ce chiffre qui est généralement affiché par les stations météo.
Par exemple, la pression absolue normale au niveau de la mer (1013,25 hPa), est de 990,36 hPa à Lafrançaise où est installée ma station (190 m d'altitude).
Après application de la correction, la pression relative à Lafrançaise devient : 990,36 hPa + (190 m / 8,3)= 1013,25 hPa alors qu'au niveau de la mer, la pression relative = la pression absolue.

Mais il n'y a pas que l'altitude qui fait varier la pression absolue. Il y a également la température et l'humidité de l'air.
M. Michel GAGNARD de l'université de Lyon 1 a diffusé une feuille de calcul Excel qui prend en compte tout ces paramètres.

La vitesse du vent (Windspeed).

La vitesse du vent est en fait la vitesse moyenne du vent mesurée sur un laps de temps (10 minutes selon Météo France).
L'anémomètre d'une station météo capture la vitesse instantanée du vent sur un interval très court (la 1/2 seconde voir moins). Puis il applique alors un calcul déduit de ces centaines voir de ces milliers de valeurs de vitesse instantanée capturées pour déterminer la vitesse moyenne sur un interval long.
En ce qui concerne la station WMR 200 d'Oregon Scientific, la vitesse instantanée est mesurée toutes les 14 secondes.
La vitesse du vent est mesurée par l'anémomètre tandis que sa direction est mesurée par la girouette.

La rafale de vent (Windgust).

Tout comme la vitesse, la rafale de vent est la moyenne des vitesses instantanées relevées par l'anémomètre. Mais cette fois la moyenne se fait sur un temps trés court: 1/2 seconde selon la norme Météo France.

L'échelle de Beaufort.

Il existe des moyens pour estimer la vitesse du vent sans la mesurer exactement, en observant les éléments autour de soi. Le moyen le plus connu est l'échelle de Beaufort.
Elle porte le nom de son inventeur, l'Amiral Britannique Francis Beaufort (1774-1857) qui imagina cette échelle en 1805. Cette échelle est surtout employée en milieu maritime. Quelques adaptations y ont été adjointes pour le milieu terrestre.

L'Humidité;.

En météorologie, on parle d'humidité relative encore appelée degré hygrométrique. Elle est exprimée en %HR et se mesure à l'aide d'un hygromètre.
On mesure la quantité de vapeur d'eau contenue dans l'air sans compter l'eau liquide et la glace.
Il s'agit du pourcentage de vapeur d'eau contenue dans l'air par rapport au maximum que cet air, à la température où il est, peut en contenir, avant que cette vapeur ne se condense (se transforme en gouttelettes).
En clair, plus l'air est chaud, plus il peut contenir de vapeur d'eau, plus il est froid, moins il peut en contenir. De l'air avec une humidité relative de 60 %HR contient beaucoup plus de molécules d'eau s'il est à une température de 30 °C que s'il est à 10 °C.

Le point de rosée (Dew Point).

Le point de rosée est la température qu'il devrait y avoir pour que la vapeur d'eau contenue dans l'air passe de l'état gazeux à l'état liquide.
Il s'exprime en °C (degré Celsius).
Lorsque la température ambiante atteint ou est inférieure au point de rosée, la vapeur d'eau contenue dans l'air se condense et se transforme en rosée, brouillard ou pluie.
Lorsque le point de rosée a une valeur négative, cette vapeur d'eau se transforme en givre ou neige.

La température ressentie (WindChill).

Les jours d'hiver où il fait froid et qu'il y a du vent, vous avez certainement remarqué que vous avez l'impression qu'il fait plus froid que ce qu'indique le thermomètre. C'est ce que l'on appelle la Température Ressentie.

Aussi appelé Facteur Vent ou Refroidissement Eolien, cet indice découle de l'effet combiné du vent et de la température.
Le Refroidissement Eolien est assez ancien, puisque son concept avait été développé par un scientifique américain Paul Siple et son assistant Charles Passel, en 1940 juste avant l'entrée des Etats Unis dans la seconde guerre mondiale. Leurs recherches avaient été tenues secrétes jusqu'en 1945 à cause des utilisations militaires que l'on aurait pu en faire.
Le nouvel indice de Refroidissement Eolien, la température ressentie actuelle, est quant à lui plus récent. Cet indice a été mis au point en 2001 par une équipe de scientifiques et d'experts médicaux, américano-canadienne.
Cet indice n'a normalement pas d'unité de mesure, mais il est courant qu'on lui associe l'unité de température, °C ou °F.
Normalement, il ne doit être calculé que sous certaines conditions : Vitesse moyenne du vent supérieure à 5 Km/h et température extérieure inférieure à 10 °C.

L'indice de confort (Humidex ou Heat Index).

Vous avez certainement remarqué que certains jours, en été, généralement, l'on dit que l'air est moite et qu'il fait lourd. Les vêtements collent et l'on est pas trop à l'aise.
La cause de ce désagrément, est dûe au fait que le corps humain, pour se refroidir afin de rester à la température idéale de 37°C, produit de la sueur. Cette sueur pour se vaporiser consomme une grande quantité d'énergie. Le corps utilise donc de la chaleur pour se refroidir.
Or, si la température ambiante est élévée et que l'humidité relative l'est aussi, donc que l'indice Humidex est élévé, la transpiration produite par le corps ne peut pas s'évaporer normalement. C'est donc ce qui produit ce malaise.

L'indice Humidex est un indice inventé par les Canadiens. Il a été utilisé pour la première fois en 1965. Sa formule de calcul actuelle a été développée au Canada en 1979 par J. M. Masterton et F. A. Richardson au Service de l'environnement atmosphérique, qui est maintenant le Service météorologique du Canada.
L'indice de confort est un indice et à ce titre, il n'a pas d'unité de mesure. On lui associe faussement l'unité de température (°C).
Cet indice est calculé à partir des facteurs Température Extérieure et Humidité Relative. Normalement, il ne doit être calculé que lorsque la température extérieure est supérieure à 25 °C et l'humidité relative supérieure à 40 %HR.

L'index THSW (Temperature Humidity Solar Wind).

Pour calculer cet index, les paramètres suivant sont utilisés;

  • Température
  • Humidité
  • Vent moyen sur 10 minutes
  • Radiations solaire moyennes sur 10 minutes
  • Latitude et Longitude de la station
  • Date
  • Heure

Si la station n'est pas équipée de capteurs solaires, sonde UV et Pyranomètre, c'est l'index THW (Temperature, Humidity, Wind) qui sera calculé.

Il représente la température apparente, c'est à dire réellement ressentie. C'est une mesure qui est plus précise que les indices Humidex et Windchill car pour son calcul, la station prend en compte à la fois les paramètres qu'utilisent ces deux indices, mais en plus, les effets thermiques du rayonnement solaire direct. C'est pour cela que la station utilise la position géographique du lieu des mesures ainsi que la date et l'heure du moment où les mesures sont effectuées, car le rayonnement solaire direct change en permanence en fonction de la date, l'heure, la latitude et la longitude du lieu de mesure. De plus, cet index se mesure toute l'année contrairement à l'indice Humidex qui ne se mesure qu'en période chaude et l'indice Windchill qui lui ne se mesure qu'en période froide.

Le Rayonnement Solaire (Solar Radiation).

La mesure du rayonnement solaire, est en fait la mesure de la quantité d'énergie reçue du soleil. On appelle également cela l'insolation ou ensoleillement. L'unité de mesure est le W/m² (Watt au Mètre carré).
Ce rayonnement est mesuré par la station grâce à un capteur appelé Pyranomètre. Celui-ci mesure le rayonnement solaire global. En effet, le rayonnement solaire mesuré est composé du rayonnement direct, provenant directement du soleil, et du rayonnement diffus, c'est à dire du rayonnement réfléchis par les particules en suspension dans l'atmosphère, la neige, les nuages, etc., etc...
Le rayonnement solaire direct maximum pouvant être reçu, hors atmosphère, est de 1368 W/m². Le rayonnement solaire reçu à la surface de la Terre est de 1000 w/m².

L'indice et la dose UV.

L'indice UV
Une partie de l'énergie solaire parvient sur la terre sous forme de rayons Ultraviolets (UVA, UVB, UVC).
L’indice UV est un indice et à ce titre, n’a pas d’unité de mesure. Il varie sur une échelle de 1 à 16. Cette échelle a été mise au point par des scientifiques de l’Environnement Canada (hé oui, encore eux) en 1992. Sous nos latitude, il est rare de dépasser l'indice 11.
Plus l'indice est élevé, plus vous devez prendre de précautions pour vous protéger du soleil.

La dose UV
La dose UV, par contre, a une unité de mesure. C'est la MEDs (Minimal Erythemal Dose ou Dose érythémateuse Minimale (DEM) en français) qui définit la plus petite quantité de lumière capable de déclencher après 24h, un coup de soleil à l’endroit de l’exposition.
Cependant, nous ne sommes pas tous égaux face au rayonnement UV.
Pour une durée d'exposition égale à un rayonnement UV égal, nous ne recevons pas tous la même dose d'UV.
Cette dose dépend de notre type de peau et pour chaque type de peau, la valeur d'une MEDs ou DEM en Français, exprimée en Joules au mètre carré (J.m²) est différente.

L'évapotranspiration (ET).

Sous l'effet du soleil, l'eau contenue dans le sol se transforme en vapeur pour former les nuages. C'est l'évaporation. Toujours sous l'effet du soleil, l'eau contenue dans la végétation passe dans l'air. C'est la transpiration. L'évapotranspiration, est la combinaison de ces deux phénomènes. Son unité de mesure est le millimètre. 1 mm correspond à 1 litre d'eau évaporé au mètre carré.

Base des nuages (théorique).

Calcul:
En partant d’une atmosphère standard et connaissant la température et l’humidité actuelle, on calcule à quelle altitude se produira la condensation en supposant que l’humidité est constante avec l’altitude. Dans cette masse d’air standard la variation de température est de 0.81°C/100m. On cherche donc, avec cette variation de température, à quelle altitude on obtiendra le point de rosée (condensation) soit:

  • altitude = (Text. – Pt de rosée)*1.22
Ceci est tout à fait approximatif et surtout le problème est pris à l’envers, car justement, ce qui crée ces phénomènes de nuages ou de neige c’est l’instabilité de l’atmosphère, autrement dit son état en fonction de l’altitude ou sa différence avec l’atmosphère standard.

La NOAA qu'est ce que c'est?

LogoNOAA

La NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration) est l'agence américaine responsable de l'étude de l'océan et de l'atmosphère. Fondée en 1807 pour répondre aux besoins d’un pays sur les questions scientifiques et environnementales, elle est devenue une référence internationale. Les scientifiques de la NOAA utilisent des outils à la pointe de l’innovation pour fournir des données scientifiques fiables.

La NOAA a pour missions :

  • de comprendre et prévoir les changements météorologiques, océanographiques et environnementaux,
  • de partager ces informations,
  • de conserver et gérer les écosystèmes et les ressources côtières et marines.

A ce titre, elle met à disposition gratuitement toutes ses données aussi bien océanographiques que les prévisions météorologiques, les cartes marines, les images et données satellitaires…

http://www.noaa.gov/index.html

 

 

 

  Untitled Document
© Lafrançaise Météo by Jean-Yves KEREBEL

Graphiques et statistiques réalisés avec
GraphWeather 3.0.27

Attention, les données météo publiées sur ce site sont issues d'une station météo personnelle et ne sont données qu'à titre indicatif, elles ne peuvent en aucun cas être utilisées pour garantir la protection des personnes ou de biens quelconques.

Template by Météo Villarzel © 2010-2013
Merci au webmaster de ces sites pour leur aide directe ou indirecte à la conception du site de Lafrançaise Météo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

création de météo Villarzel